GUÉRIN Hélène

 

Docteur en histoire de l’art contemporain

Titres et formation universitaire :

2016 : qualification aux fonctions de Maître de conférences par la section 22 du C.N.U.

2015 : Thèse de doctorat en histoire de l’art intitulée François Sabatier (1818-1991) : lire, traduire et écrire l’histoire de l’art. Les chemins d’un critique et mécène fouriériste vers une Histoire de l’art, préparée sous la direction de M. Jean-François Pinchon, Professeur d’histoire de l’art contemporain, à l’Université Montpellier 3 Paul-Valéry, soutenue le 4 décembre 2015, devant un jury composé de Mme Angela Biancofiore, M. Dominique Dussol, M. Jean Nayrolles, M. Pierre Vaisse. Mention très honorable avec les félicitations du jury.
Résumé de la thèse disponible : www.theses.fr/2015MON30074

2011 : Master 2 d’histoire de l’art à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3. Rédaction d’un mémoire François Sabatier (1818-1891), les enjeux d’une biographie, sous la direction de M. Jean-François Pinchon. Mention Très Bien.

2001 : DEA d’Anthropologie, ICRESS-Université de Perpignan et Centre d’Études Politiques de l’Europe Latine de Montpellier (CEPEL), dir. M. Louis Assier-Andrieu (Mention Très bien).

1999 : DESS de Pédagogie et Communication Interculturelles à l’Université Autonome de Barcelone, dir. M. Gentil Puig-Moreno (Mention Très Bien).

Depuis 2009, chargée de cours en histoire de l’art. Référente universitaire de la préparation au concours de conservateur du patrimoine pour le Musée Fabre pour l’accrochage Antoine Valedau.

Recherches actuelles et projets en cours :

Mes recherches actuelles portent sur les arts en Europe à l’époque contemporaine (spécialement la critique et la peinture au XIXe siècle et sur l’architecture et la sculpture au XXe siècle), selon plusieurs orientations :

1) Recherches sur les transferts culturels et la genèse de l’histoire de l’art, notamment en Sicile (à la suite de mon travail de thèse et en lien avec la préparation de l’exposition Sabatier Montpellier-Palerme en collaboration avec Mme Florence Hudowicz, conservateur, musée Fabre, Montpellier).

2) Recherches sur les peintres : travaux en cours sur Dominique Papety et Ingres (étude du legs Sabatier au Département des arts graphiques du Louvre), Gustave Courbet, Ernest Hébert (travail en cours avec Mme Isolde Pludermacher, conservateur en chef des peintures au musée d’Orsay).

3) Recherches sur l’appropriation et la diffusion des arts islamiques en Europe au XIXe siècle (communication à venir, colloque international A l’Orientale, mai 2017, Zurich)

4) Recherches sur l’architecture et la statuaire publique en lien avec les affirmations identitaires régionales et nationales (à partir de mes travaux sur la composition et l’exécution du lotissement de S’Agaro à San Feliu de Guixols en Catalogne par l’architecte Rafael Maso 1880-1935 ; à Montpellier, quartier Antigone et à Venise sur l’architecte G.-B. Meduna 1800-1880 et le néo-gothique vénitien ).

5) Recherches sur la constitution du patrimoine intellectuel et artistique de Montpellier (dans le cadre du programme L’oeil et la main piloté par Mme Béatrice Bakhouche (GIS Humanités) avec qui je rédige le programme à venir en intégrant mon travail de catalogage de la bibliothèque de François Sabatier, cf. communication École des chartes).

6) Recherches en cours sur la carrière et l’œuvre peint de Simona Gay (1898-1969) sœur cadette de Joseph-Sébastien Pons ( travail sur sa correspondance, sa bibliothèque et ses œuvres).

Thèmes de recherche :

Genèse collective d’une histoire de l’art, genèse de la critique d’art, théories esthétiques, transferts culturels France-Allemagne-Italie, usages de l’histoire de l’art, bibliothèques, peinture, statuaire publique, architecture, valorisation patrimoniale, muséologie, territoire, identité.

Communications, publications et activités scientifiques

Communications :

– « Inventorier, relever et attribuer l’art islamique en Sicile pour s’approprier une histoire à construire. François Sabatier (1818-1891) dans la fabrique de l’histoire des musulmans en Sicile. » au colloque international Erreur ! Référence de lien hypertexte non valide., organisé par les Prof. Dr. Francine Giese (Université de Zurich), Prof. Dr. Mercedes Volait (InVisu, CNRS/INHA), Dr. Ariane Varela Braga (Université de Zurich), Zurich et Schaffhouse, 4-6 mai 2017.

 

Conférenciers invités : Kjeld v. Folsach (David’s Collection, Copenhague), Yannick Lintz (musée du Louvre, Paris), Tim Stanley (V & A, Londres), Stefan Weber (Museum für Islamische Kunst, Berlin).

http://www.transculturalstudies.ch/en/index/conferences/display-conference/programm.html)

Résumé : « La Storia dei musulmanni di Sicilia (1854-63) est l’œuvre majeure d’un homme qui fut un fondateur des études arabisantes en Italie mais aussi et surtout un homme politique de premier plan. Ministre en Sicile après le quarant’otto, il fait partie de cette génération d’intellectuels et de politiques qui eurent à inventer l’Italie, et à figurer celle-ci comme unitaire alors qu’elle est diversité. Son engagement politique lui a valu l’exil à plusieurs reprises et a décidé de sa carrière d’arabisant, sous les auspices du Duc de Luynes et de Reynaud. Mais ces exils lui posèrent une question pratique difficile à résoudre. Comment achever le troisième tome de la Storia dei musulmanni, plus précisément comment accéder aux sources alors que le terrain lui est interdit ? Amari sut mettre en place un réseau de collaborateurs. Parmi ceux-ci, Cavallari et Salinas sont connus mais de nouvelles sources inédites font apparaître l’apport du critique et historien d’art français François Sabatier et permettent de mieux saisir le rôle de l’appropriation des arts islamiques dans l’écriture de l’histoire de l’art de la Sicile. Le rôle de Sabatier est original et important. Original par les méthodes, stratégies de recueil des sources in situ, relevés des inscriptions, il apporte des réponses pratiques aux problèmes pratiques soulevés par Girault de Prangey. Important par les résultats, son travail comprend le relevé de la forteresse arabe d’Entella, la découverte d’inscriptions inconnues et des vases de Mazara, la datation et l’attribution du palais de la Zisa à Palerme. »

– « Un travail dans les marges, la Sicile de François Sabatier », journée d’étude des doctorants Centre Jean-Mabillon, Marges et marginalia, organisée par l’École nationale des chartes et l’EPHE, Paris, 16 juin 2016.

Résumé : « Ma contribution à vos débats est issue d’un travail de thèse en histoire de l’art et porte plus précisément sur une méthode, recueillir systématiquement toutes les apostilles, notes, dédicaces et ex-libris se trouvant sur les 6000 volumes de la bibliothèque léguée par François Sabatier (1818-1891), critique d’art fouriériste et traducteur du Faust de Goethe. La recherche a été réalisée et en grande partie rendue possible par le catalogage de la bibliothèque léguée à la ville de Montpellier. Cette bibliothèque ne peut se réduire au classement habituel de la bibliothéconomie, elle révèle des projets éditoriaux, qui sont souvent des projets partagés. Au fur et à mesure de la recherche, tout un pan de la bibliothèque a pris un statut de source. Des livres portant dédicaces, ex-libris font découvrir un réseau de sociabilité intellectuelle mais surtout de nombreux ouvrages laissent lire un travail dans les marges. L’intérêt de cet important appareil de notes est d’exister en parallèle avec un non moins important corpus de notes de lectures réunies en manuscrits. Cette simultanéité de travail interroge le pourquoi de cette appropriation des marges, elle pose la question des temps de la réception et de la dispute des textes, des temps de la recherche entreprise et enfin des temps du dialogue argumentatif avec les auteurs de certaines controverses. La présente communication veut montrer comment les marges révèlent la participation pratique de François Sabatier à des débats artistiques et historiques contemporains, comme l’attribution du palais de la Zisa à Palerme, les techniques de restaurations des mosaïques et comment elles nous ont amenée à découvrir une nouvelle dimension du personnage, celle de l’historien de l’art en prise avec la composition d’un tableau régional, la Sicile ; travail qui ne fut jamais édité mais dont les apports se lisent en filigrane sous la plume d’autres auteurs. »

– « Antigone, projet de ville et programme décoratif. La topographie légendaire d’une capitale régionale. Néo-statuaire publique et usages de l’antique entre mémoire et projet. »,

en collaboration avec Daniel Bartement, Maître de Conférences en Géographie (UPV Crises) communication acceptée au colloque interdisciplinaire La fabrique des mémoires publiques organisé par Isabelle David, Fabrice Galtier et Flore Kimmel-Clauzet, CRISES, 7-9 octobre 2015, Montpellier 3.

Résumé : « L’édification des citoyens par la statuaire publique est un procédé de fabrication des sujets qui a connu une relative désaffection, à tout le moins en France depuis le début du XXe siècle. Antigone, figure emblématique (écriture et portraiture) du projet de ville montpelliérain est un quartier conçu comme le haut-lieu d’un pouvoir municipal qui se déclare. Et comme tel, il est construit comme un comble, il cumule. Le point d’orgue de la réalisation du quartier est un décor composé par l’érection de statues qui ont toutes en commun d’être des copies de pièces faisant partie de collections prestigieuses. La question du décor n’est pas anodine: Que convenait-il d’installer dans ce quartier, manifeste municipal, qui acquiert valeur de monument pour une capitale régionale? Dès lors, il convient de l’analyser comme un programme, après avoir mis en perspective la mise en scène et la mise en récit du « Roman municipal » d’une cité de fondation médiévale qui devient la « Légende d’une Capitale régionale » faisant usage de l’antique, fût-ce sous forme de copies. »

– « Itinéraires de François Sabatier (Montpellier, 1818 – Florence, 1991) », au colloque international Le touriste et l’habitant, XXIVèmes Rencontres de Béziers URBI (Université et Recherche en Biterrois), 30 mars 2013 à Béziers.

Résumé : « Singuliers itinéraires que ceux de François Sabatier, né à Montpellier et qui choisit pour dernière demeure une terrasse du cimetière San Miniato de Florence en compagnie de la noblesse toscane sur l’album de laquelle il fit inscrire son nom. Si l’histoire en France retient de ce grand bourgeois aux pratiques aristocratiques son engagement fouriériste, l’évocation de ses parcours intellectuels, artistiques et physiques à travers l’Europe constitue l’occasion de s’interroger sur la porosité des catégories de tourisme, villégiature et citoyenneté. »

Invitations comme conférencier, hors journées d’études et colloques :

– « L’éloquence muette de la statuaire publique, le quartier Antigone à Montpellier », conférence à l’Université de Beppu (Japon) organisée par le département Histoire et Patrimoine dans le cadre des accords Université Montpellier 3 – Université de Beppu , 18 avril 2013.

– « Organiser un parcours de tourisme culturel », conférences organisée par le Service de la formation continue (S.U.F.Co.), 25 septembre et 1 octobre 2013, Montpellier 3.

– « Le guide comme intermédiaire de la construction des territoires du tourisme », conférence organisée par le Service de la formation continue (S.U.F.Co.), 11 février 2015, Montpellier 3.

Publications :

Articles dans des publications scientifiques avec comité de lecture :

– « Sabatier François (Marie Jean Baptiste), Sabatier-Ungher (nom de plume), apparaît comme Franz Sabatier, Francesco Sabatier, cité fautivement comme Sabatier d’Espeyran », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en décembre 2016 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1805

– « Un travail dans les marges, la Sicile de François Sabatier », publication de la journée d’étude des doctorants Centre Jean-Mabillon, Marges et marginalia, École nationale des chartes, EPHE, Paris, 16 juin 2016, aux Éditions en ligne de l’École des chartes (Élec) : http://elec.enc.sorbonne.fr/conferences

– « Que nous raconte un coupe à sgraffito léguée par François Sabatier au musée Fabre ? », revue Patrimoines du Sud, numéro 6, en ligne ( article accepté, à paraître en 2017).

– « La liberté comme horizon, Fourier comme méthode. Lectures et usages de Fourier par François Sabatier », Cahiers Charles Fourier, n° 28 (article accepté, à paraître en décembre 2017)

Actes de colloques, participation à des ouvrages :

– « François Sabatier du touriste à l’habitant : “Il faut être soi” », Le touriste et l’habitant sous la direction de M. Dominique Crozat, Éditions du Mont, janvier 2016, pp. 31-40.

Saisie, traductions :

– Saisie et correction de la traduction française de L’Europa de les llengües, de Miquel Siguán, Llibres a l’abast, Edicions 62, Barcelona, 1995. (Miguel Siguán, L’Europe des langues, Mardaga Éditeur, coll. Psychologie et sciences humaines, 1996, 216 p.)

– Traduction de l’anglais vers le français de textes de sociolinguistique pour la base de données Francis, 1996.

Activités de vulgarisation :

– Conférence au centre culturel italien Società Dante Alighieri de Montpellier le 9 avril 2016 : « Quand un montpelliérain invente la Sicile. Les voyages de François Sabatier (1818-1891) du Grand Tour à l’écriture de l’histoire de l’art en Sicile. ». Cycle de conférences organisé par Mme Mireille Rousseau, présidente de l’association.

– Conférence inaugurale de la saison 2016/17 du centre culturel italien Società Dante Alighieri de Montpellier le 5 novembre 2016 : « Arts et société à Venise: un théâtre pour la vie urbaine ». (www.dantealighierimontpellier.com)

Autre :

Présidente de la compagnie artistique Merci mon Chou, installations cinétiques, plastiques et théâtrales. Titulaire de la licence d’entrepreneur de spectacle. www.mercimonchou.fr

  •  

Haut du formulaire