Projet LINA (FEDER)

Le projet LINA Lire la Nature - oser l'Apiculture est un projet interdisciplinaire financé par la Région Occitanie et différents partenaires. Il est dirigé par Marie-Agnès Courty (laboratoire PROMES-CNRS).

Sa particularité est d'associer étroitement des acteurs de la production apicole, notamment l'apiculteur Jean Llobet, et des communautés scientifiques multiples, des sciences expérimentales et des sciences humaines (Ethnologie, histoire, archéologie). L'objectif est de comprendre dans la longue durée les mécanismes d'adaptation que les abeilles méllifères mettent en œuvre pour faire face à ces phénomènes physiques complexes que sont la production dans l'atmosphère de nanocomposites résistants.

Marc Conesa, Maître de conférences en Histoire moderne, rattaché au laboratoire CRISES et  porteur du projet pour l'Université Paul-Valéry Montpellier 3, accompagné de trois ingénieurs d'études, sont chargés de construire un suivi longitudinal des populations d'abeilles, des pratiques d'élevage et un traçage des grands événements atmosphériques. Il s'agit aussi de comprendre la condition d'une mémoire environnementale vernaculaire à travers la gestion au plus près des conditions environnementales, des ruches et des abeilles.

L'objectif est d'apporter au monde apicole moderne un éclairage historique illustrant comment les abeilles mellifères se sont ajustées aux flux de nanoparticules ionisées dans une région fortement exposée aux variations extrêmes des irradiations naturelles. L'étude s'appuiera sur le croisement d'une documentation historique abondante sur l'industrie abeillère et de données archéologiques, bio-archéologiques et paléoenvironnementales issues de fouilles récentes d'habitats historiques et protohistoriques de Cerdagne. L'accès à des résidus de produits apicoles anciens bien datés permettra de comparer les flux de nanoparticules ionisées entre les périodes anciennes et actuelles.

Les sources documentaires apporteront le corpus de données pour remonter aux causes naturelles des pics d'ionisation passés et analyser l'impact sur les systèmes apicoles préindustriels des Pyrénées-Orientales dans différents cas de figure. Cette lecture historique des interactions entre périodes de forte ionisation et productivité apicole fournira une base solide pour évaluer l'impact spécifique des émissions anthropiques depuis l'ère industrielle, via différentes sources de nanoparticules ionisées, sur le comportement des abeilles méllifères et la qualité des produits de la ruche.

Ce projet s'associe au programme MSH Sud GIEAN.


Le projet LINA recherche actuellement trois Ingénieurs d'études (IGE) chargés d’analyser les sources historiques et culturelles :

2 CDD de 6 mois à compter du 1er novembre

1 CDD de 4 mois à compter du 15 mars 2021 

En savoir plus sur l'offre de recrutement


Contact :

Marc Conesa, marc.conesa@univ-montp3.fr