Les églises de la Terre. Les communautés paysannes du Val d'Aran et des Pyrénées centrales, XIIIe-XVIIe siècle.

 

Serge BRUNET, Les églises de la Terre. Les communautés paysannes du Val d'Aran et des Pyrénées centrales, XIIIe-XVIIe siècle. Toulouse, Privat, 2018, 507 p.

Présentation de l'éditeur :

Les villages s'établissent au cours du Moyen Âge, avec leurs églises, en autant de paroisses. Ils traversent ensuite les siècles et la Révolution française les maintient en tant que communes. Si la loi de 1905 a consacré la séparation de l'Église et de l'État, ce n'est que très récemment que, affectées par le manque de prêtres, nombre de paroisses ont dû se regrouper. Le lien, pluriséculaire, qui unissait jadis la communauté d'habitants à son église, est rompu.
S'appuyant sur une recherche originale, ce livre montre comment, au sein des Pyrénées centrales, sur plus d'un demi-millénaire, les montagnards ont élevé leurs églises tout en organisant leurs villages, pour ensuite user de l'édifice ecclésial et établir son clergé. Résistant aux appétits des seigneurs et des prélats, ils s'attachent à en garder un certain contrôle, en accord avec leurs privilèges défensifs sur les marges des royaumes. Ces églises, dont certaines ont évolué en châteaux communaux, garantissent leur relative autonomie. Mais le renforcement, antagoniste, des États souverains, sur une frontière désormais à contrôler, et une Réforme catholique conquérante, minent ces équilibres.
Au cours de cette riche et longue histoire, le Val d'Aran, vallée axiale, se révèle comme le « type idéal » d'une mutation diffuse, mais générale.

Ouvrage publié avec le concours de l'Université Paul-Valéry Montpellier 3 et avec le soutien de l'équipe d'accueil CRISES - EA 4424.