Troubles dans la discipline : séminaire interdisciplinaire de CRISES

 

Séminaire d'équipe :

Depuis sa fondation l'équipe CRISES (EA 4424) a peu à peu acquis une pratique concrète de l?interdisciplinarité. C'est son projet et sa spécificité :  être un laboratoire non seulement pluridisciplinaire, mais aussi interdisciplinaire, dédié au recoupement fécond de différentes approches théoriques des conditions symboliques, sociales et historiques de la vie humaine. Au point où nous sommes, il importe d'opérer un geste réflexif qui vise à penser d'une manière plus stricte les fondements et les méthodes de l'interdisciplinarité dont nous avons la pratique. C'est l'objet de ce séminaire interne au laboratoire CRISES.

À l'occasion de la présentation d'un travail de recherche sur un objet déterminé, il s'agira d'interroger les présupposés et d'expliciter les problèmes de la pratique de l'interdisciplinarité afin d'en évaluer la pertinence théorique et la fécondité heuristique. Ces problèmes pourront concerner, par exemple, la définition des concepts fondamentaux du champ étudié ou des disciplines  mobilisées, le choix de la (ou des) méthode(s) utilisée(s), la construction et la circonscription théoriques de l'objet d'étude, le choix d'une échelle temporelle (découpages chronologiques, longue ou courte durée?), spatiale (découpage des aires géographiques) ou sociale (approches holistes ou individualistes, intentionnalistes ou structuralistes?), l'articulation entre théorie et pratique, entre hypothèses théoriques et matériau empirique, etc.

Chaque séance impliquera un intervenant (qui diffusera au préalable un texte relativement concis, d'environ 5 ou 6 pages, présentant les grandes lignes de son propos) et un discutant (qui lancera et organisera le débat autour du texte diffusé). Les étudiants de master et de doctorat sont vivement encouragés à participer aux séances de ce séminaire.

 

La première séance aura lieu le mardi 23 mai, de 17h à 19h, en salle 214.

 

Elle sera animée par Frédéric Rousseau. Jean-Daniel Causse en sera le discutant. Elle s'intitule :

 

Penser la guerre en mobilisant les outils des sciences sociales.

 

En voici le texte de présentation, rédigé par Frédéric Rousseau :

Dans le cadre de cette première séance de notre séminaire « Trouble dans la discipline » consacré à l?interdisciplinarité, je me propose de réfléchir en historien sur la « découverte » - relativement tardive pour ce qui me concerne - des sciences sociales notamment (sociologie, socio-psychologie, sciences politiques, philosophie sociale) et sur les usages que j?en fais depuis une vingtaine d?années, tant dans mes recherches que dans mon enseignement.

Je mènerai cette réflexion à partir de mes champs de recherche privilégiés à savoir les sociétés en guerre, placées en situation de violence extrême (sociale et guerrière) ; mon travail consiste notamment à tenter de mieux comprendre les comportements des hommes et des femmes confrontés à de telles expériences ; cela suppose de nous départir des mythes savants qui trop souvent continuent à légitimer le roman national ; et de fait, il s'avère qu'un certain nombre de disciplines peuvent aider les historiens à réviser leurs idées que je dirais trop reçues.

La réflexion collective pourrait s'amorcer à partir de cette question simple en apparence : Pourquoi les hommes partent-ils à la guerre?