Programme 5 : Histoire et mémoires contemporaines

Coordinateurs du programme :
Christian Amalvi, Frédéric Rousseau

 

Domaine 1. Entre histoire et mémoires, les commémorations nationales (responsable Chr. Amalvi)

Dans ce programme sur les mémoires contemporaines, Christian Amalvi s’intéresse plus particulièrement à trois commémorations, celle de la fin de l’Empire napoléonien (1814-1815), mais aussi celle de l’envol de sa légende liée à son exil et à sa mort à Sainte-Hélène (1815-1821) ; celle de la Grande Guerre, enfin celle de la Libération de la France et de sa longue et douloureuse reconstruction. Il participe déjà aux prémices de ce dernier anniversaire en intervenant, en juin 2013, au colloque Jean Moulin, organisé par Jean Sagnes à Béziers, à l’occasion du 70è anniversaire de la mort du héros de la France libre. Pour la mémoire napoléonienne, des contacts ont déjà été pris avec la région Champagne pour commémorer la campagne de France de l’hiver 1814. Chr. Amalvi, M. Nouvel, B. Lécureur (ancien doctorant de Chr. Amalvi en poste au lycée du Havre)  réfléchissent à des colloques franco-allemands portant sur la manière dont les manuels de l’enseignement secondaire des deux pays présentent et la Grande Guerre et la Seconde Guerre mondiale. Ces manifestations pourraient se tenir à Braunschweig entre 2014 et 2018. Autre projet, porté cette fois par R. Riemenschneider, peut-être G. Krumeich, B. Lécureur et Chr. Amalvi, une table-ronde, pourrait se tenir à la Maison Heinrich Heine de la Cité universitaire de Paris, sur le thème de la Revanche, mythe ou réalité, qui se situe dans le chantier d’étude des causes de la Grande Guerre. Le projet est ouvert à d’autres membres du groupe (Frédéric Rousseau).

Domaine 2. Entre histoire et mémoires, les musées des conflits contemporains (responsables F. Mayer, F. Rousseau)

Depuis 2009, notamment dans le cadre d’un programme ANR (POP, Les Présents des passés), et avec le concours d’une équipe internationale et interdisciplinaire, F. Mayer, P. Louvier, et F. Rousseau, ont défini les contours de la muséohistoire qui s’intéresse aux narrations muséales des conflits contemporains et aux passés douloureux. La muséohistoire confronte les narrations au savoir historien, décrypte les discours, les scénographies afin d’en mesurer la portée cognitive, mémorielle, politique et éthique. Ce programme a d’ores et déjà donné lieu à la publication de plusieurs ouvrages, de nombreux articles et communications. Nous comptons poursuivre ces recherches durant le prochain quadriennal. Il s’agira de compléter l’enquête et l’analyse, d’étendre le champ d’investigation à des zones peu pratiquées lors du programme ANR. La focale sera particulièrement placée sur les musées de guerre comme outils de pacification. Un premier état des lieux sera d’ailleurs effectué en octobre 2013 lors du colloque transversal ‘La Fabrique de la paix’ organisé par A. Coppolani et J.-F. Thomas où une session spécifique sera consacrée à cette question. Ce domaine de recherches a déjà débouché sur la création d’un M2 Pro ‘collections et Musées’ ouvert en 2011. Plusieurs jeunes chercheurs (niveau master et thèse) participent aux travaux.

Domaine 3. Histoire et mémoires combattantes (responsables H. Heyriès-J.-F. Muracciole)

H. Heyriès participe au dépôt d’un projet de recherche européen (ERC 2013) Militari e civili tra conflitti, emergenza e tempio ordinario (sec. XIX-XXI) piloté par Marco Mondini (U. Padova) et Marco Rovinello U. Napoli). Dans ce cadre et dans le prolongement de ses travaux antérieurs portant sur l’armée italienne, H. Heyriès s’intéressera plus particulièrement à la construction de l’armée italienne notamment dans la phase de construction de l’Etat unitaire. Les recherches envisagées se feront en étroite collaboration avec les collègues italiens et d’autres spécialistes étrangers de l’armée, des relations armée-société civile, construction étatique, gestion de crises, conflits, etc. Ce projet interdisciplinaire prolonge, lui aussi, la spécialité traditionnelle de l’Université de Montpellier en histoire militaire. Une remarque similaire peut être faite concernant le projet suivant.

J.-F. Muracciole poursuivra d’une part son enquête de longue haleine sur les Français Libres… Ce travail comporte une forte dimension archivistique avec la collecte de témoignages inédits d’anciens combattants. D’autre part, dans le prolongement de ses travaux précédents (Les Français libres. L'autre Résistance, Paris, Tallandier, 2009), il s'intéressera plus spécialement aux parcours et trajectoires, après la guerre, des Français libres. Plus particulièrement, il s'agit d'étudier de près les parcours professionnels et politiques de l'élite de ces Français libres (environ 800 personnes) et de montrer dans quelle mesure les jeunes volontaires des FFL de 1940 sont devenus les piliers de la République gaulllienne des années 1960, occupant des postes de très haute responsabilité dans la haute administration, les grandes entreprises publiques, l'industrie privée, l'armée, etc. Cette influence semble être particulièrement forte dans certaines filières sensibles comme le nucléaire, le pétrole, la présence en Afrique et le corps diplomatique.