Programme 1 : Po.te.re. : Pouvoirs, Territoires, Représentations

Il s'agit de réinterroger des concepts devenus presque des lieux communs pour des chercheurs en Sciences Humaines et Sociales, tels que le pouvoir, le territoire ou les représentations. À bien des égards, ces mots sont devenus passe-partout, recouvrant parfois des dénominations bien trop commodes. La démarche consistera, à travers différentes manifestations, à associer ces trois concepts, tout en s'intéressant à leur sens propre, en profitant de l'approche distanciée des autres disciplines, capables tout autant de déconstruire que d'éclairer leur portée analytique. Le séminaire va se poursuivre en accueillant de nouveaux collègues. Il s'agira ainsi de renouveler les problématiques par le biais des liens entre la puissance et la mer dans la représentation du territoire (Patrick Louvier, Histoire contemporaine) ou par l'analyse du recours à la violence dans l'affirmation du pouvoir sur l'espace (Anne Bourgain, Psychanalyse). La palette des disciplines déjà représentées (Histoire de l'Art, Géographie, Histoire) sera donc élargie. Le format actuel, faisant la part belle à une intervention individuelle accompagnée de questions du public, pourrait être aménagé en partie dans les années à venir. Il s'agirait d'organiser, en alternance avec les séances habituelles, des ateliers de travail collectif rassemblant des chercheurs de disciplines différentes autour d'un thème ou d'une source, soumis à un questionnement croisé.

Sur la question des pouvoirs décentalisés et du consentement a déjà été organisée une journée d'études dans les locaux du laboratoire, le 24 mai 2018, par Thierry Allain et Nicolas Vidoni, associés à Claire Boër (doctorante AMU-TELEMMe). Son thème était : « Huis clos en Méditerranée. Les microsociétés à l'épreuve du pouvoir et des représentations (XVIe-XIXe siècle) ». Un colloque international organisé par plusieurs membres du programme (Th. Allain, P. Louvier et Françoise Pellicer) en prendra la suite. Il est projeté pour l'automne 2021 et aura pour thème « Drapeaux, étendards, pavillons... de l'objet à la représentation et à la manifestation de pouvoir », avec un comité scientifique composé d'historiens, d'historiens de l'art et de juristes. Des contacts existent avec des membres de structures extérieures comme le laboratoire LARJ de Boulogne-sur-Mer ou le Service Historique de la Défense. Une aide financière devrait être apportée par le GIS-Histoire et sciences de la mer.

L'atelier du paysage, coordonné par Frank Claustrat et F. Pellicer, a, sous le titre Paysage(s)-Dé-paysage(s), (Landscape(s) then and now : formes and definitions), établi un réseau international de chercheurs français, italiens, américaines, allemands et norvégiens autour d'une réflexion sur l'art du paysage et plus largement sur l'appréhension et les formes d'appropriation de l'espace du nord au sud, de la préhistoire à la création très contemporaine, en passant par les représentations de la nature au Moyen Âge et les grands maîtres des XVIIe au XIXe siècles. Ce caractère international se manifestera par la mobilité des séminaires (France, Italie, Norvège). La publication du résultat des travaux sera suivie d'une nouvelle rencontre en mai 2021, rassemblant une partie des participants du programme. Elle sera intitulée : Postface : l'avenir du paysage.