Séminaire doctoral ouvert du département de psychanalyse

Trop peu nombreux pour pouvoir accueillir tous les candidats à une formation doctorale, nous avons ouvert ce lieu pour faciliter les échanges entre les doctorants en études psychanalytiques du laboratoire CRISES, qui jusqu’alors ne se connaissaient pas, mais aussi les étudiants de masters envisageant de s’initier à la recherche, les psychanalystes, les cliniciens ou plus largement les chercheurs issus d’autres disciplines ayant un intérêt pour la psychanalyse.

Qu’on soit enseignant-chercheur, doctorant ou désireux de s’inscrire en thèse, ou simplement intéressé par des rencontres autour des objets de travail de chacun, on est bienvenu(e) dans cet espace de confrontation sans alibi qui n’est pas lié à une école analytique, mais demeure indépendant. Une psychanalyse sans alibi au sens indiqué par Derrida lecteur de Freud invite selon nous à avancer sans nous donner d’excuses, avec une vigilance extrême.

Le séminaire propose d’alterner des séances de travail plus informelles au cours desquelles les participants présentent une recherche en cours en faisant part au groupe de leurs avancées et de leurs points de butée, et des séances plus structurées sur le mode de journées d’études ou de colloques autour d’un thème plus précis qui s’est imposé comme pour la journée de janvier 2019 : corps, désir et société. La psychanalyse au travail.

Le séminaire prévoit la publication d’une partie des travaux menés par le groupe.

Vient qui veut travailler en ce sens à ces séances qui ont lieu le samedi selon un rythme mensuel. Les participants venant de différentes régions, deux temps de séminaire sont généralement proposés (10-12 h et 14-16 h) avec souvent un accueil plus informel le matin et un moment convivial le midi sur le mode de l’auberge espagnole. On peut indiquer son adresse mail pour être régulièrement informé des activités du séminaire.

 

La prochaine séance de ce séminaire doctoral se tiendra samedi 25 janvier à partir de 9h00 en salle 005 sur le Site Saint-Charles, à l'Université Paul-Valéry Montpellier 3.

Programme de la journée :

9h00 : Ouverture de la salle, café

9h30-12h00 : Interventions et discussions

  • Pascale de Charentenay : « Le buisson ardent, au fondement de la fonction symbolique »
  • Fernando Tapia Castillo : « Le voile fétichiste de notre civilisation. Pour une analyse du fondement inconscient de la société de la marchandise »

12h00-13h00 : Pause déjeuner en auberge espagnole

13h00-17h00 : Interventions et discussions

  • Grégory Vanderchuren : « Vers une articulation du psychisme au corps organique et du rapport à l'art »
  • Céline Caccioli : « Entre danse contemporaine et psychanalyse, le commencement d'un mémoire en élaboration sur le thème du corps : et un, et deux et trois... »
  • Anna Kirchner : « Comment entendre ce qui fait corps en étant peint(ure) ? Comment entendre avec les yeux ? Lieux de passages dans "Vie ? ou Théâtre ?" de Charlotte Salomon »

 

Responsable :
Anne Bourgain, anne.bourgain-wattiau@univ-montp3.fr

Contact :
Valentine Prouvez, valentine.prouvez@univ-montp3.fr