DAUDE Jean

 

Professeur honoraire de grammaire et philologie latines
(Université Paul-Valéry Montpellier 3)

– Membre fondateur du GRAA (Groupe de recherche sur l’Afrique Antique)

– Membre fondateur du CERCAM (Centre d’Etude et de Recherche sur les Civilisations Antiques de la Méditerranée)

 

Ses travaux et son enseignement portent sur les différents domaines de la grammaire latine, mais sa spécialisation concerne la formation des noms par dérivation suffixale : la productivité des suffixes est analysée dans ses implications morphologiques et sémantiques.
Telle est en effet l’orientation de sa Thèse de Doctorat d’État, soutenue en 1985 devant l’Université de Paris III – Sorbonne Nouvelle, et consacrée aux Dérivés abstraits de qualité en latin : suffixes en –ia (-ies), –monia (-monium), –ntia, –tus, –tudo et –tas : étude lexicographique, morphologique et sémantique. Elle n’a pas été publiée, mais l’auteur en a donné un résumé important dans sa contribution intitulée « Les substantifs abstraits de qualité » faite pour l’ouvrage collectif : Grammaire fondamentale du latin, t. IX. La création lexicale : la formation des noms par dérivation suffixale, coordonné par Chantal Kircher-Durand, Leuven-Paris : Peeters (BEC 32), 2002, 406 p. Le chapitre rédigé par Jean Daude se trouve aux pp. 225-305.

Il a publié en outre :

  « Cauda / coda, codex / caudex », dans Études de linguistique générale et de linguistique latine offertes à Guy Serbat, Paris : Société pour l’Information Grammaticale (Bibliothèque de l’Information Grammaticale), 1987, pp. 89-102.

  « De quelques abstraits à majuscule », dans Sens et pouvoir de la nomination dans la culture hellénique et romaine, Actes du Colloque de Montpellier III, 23-24 mai 1987, Suzanne Gély éd., Montpellier : Publications de la Recherche de l’Université Paul-Valéry, 1988, pp. 33-43.

  « Le k initial flottant de l’indo-européen », dans Mélanges Fr. Kerlouégan, Danièle Conso, Nicole Fick, Bernard Poule éd., Paris : Les Belles Lettres (Annales Littéraires de l’Université de Besançon 515), 1994, pp. 180-193.