Cet obscur objet du vouloir

 

- Marlène ZARADER, Cet obscur objet du vouloir, Lagrasse, Verdier, 160 p.

 

Présentation de l'éditeur :

« Je ne veux rien. » Une formule en apparence anodine, une énigme pourtant, en raison de sa plurivocité. Est-elle l’expression d’un amour désintéressé (on ne veut rien pour soi) ou d’un renoncement à la vie (on ne veut rien du tout) ? Ces deux horizons de sens semblent irréductibles l’un à l’autre. Il s’agit ici d’interroger leur possible rapport : d’envisager qu’ils puissent constituer deux déclinaisons d’une même figure du vouloir. Entre un amour qui se voudrait au-delà de tout désir et un désir qui ne veut plus rien d’autre que la mort, pourrait-il exister un lien ?
Le premier temps du parcours explore cette figure multiforme, en faisant appel à quelques grands témoins, venus du cinéma, de la littérature ou de la mystique. Il conduit à ce constat : que ce soit ouvertement sous la figure du désespoir ou plus obscurément sous le masque de l’amour, certains êtres aspirent à n’être plus. Le second temps se concentre sur cette aspiration paradoxale, afin d’en comprendre la nature et d’en dégager le fondement. Si la philosophie l’a largement ignorée, la psychanalyse s’est efforcée de la thématiser, en avançant l’hypothèse d’une « pulsion de mort ».
Or penser l’aspiration au non-être en termes de pulsion, c’est en faire une tendance inhérente au vivant. On propose d’y reconnaître plutôt une possibilité de l’existant. L’objet de ce livre est en somme de rapatrier en philosophie ce que Freud avait nommé pulsion de mort, et d’en tirer les conséquences pour une compréhension renouvelée de l’existence humaine.